Solitude, Ecriture et dessin⎮Loneliness, Writing and drawing

La jeune Beatrix menait une vie très solitaire au 2 Bolton Gardens, la maison où elle était née le 28 juillet 1866 et se réfugiait dans les quelques livres qu’elle possédait et elle passait des heures entières à lire les oeuvres de Walter Scott, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll et les pièces de Shakespeare dont elle connaissait certains extraits par coeur. Sa boîte de crayons et son carnet de croquis n’étaient jamais bien loin et elle expliquait qu’elle éprouvait un besoin irrépressible de dessiner quel qu’en soit le résultat mais comme chacun a pu le constater, le résultat était souvent très probant pour notre plus grande satisfaction.

Beatrix n’aimait guère la demeure familiale et ne fut pas peinée quand elle fut détruite dans un bombardement en 1940. Elle la qualifiait même souvent de « sombre » demeure. Elle confia beaucoup de ses sentiments dans son journal intime évoqué dans un précédent article. A cause de cette immense solitude, Beatrix alla même jusqu’à souffrir de problèmes de santé que l’on qualifierait aujourd’hui de dépression, qui l’obligèrent même à couper ses longs cheveux. Seul, le dessin pouvait la transporter dans un monde où elle s’accomplissait.

Beatrix as a young girl led a particularly lonely life at 2 Bolton Gardens where she was born on July 28th 1866. She spent most of her time reading the few books she had and regaled in the stories of Sir Walter Scott, Alice in Wonderland by Lewis Carroll and plays by Shakespeare whose extracts she could recite by heart. Her box of colours and her sketchbook were always near at hand and she said of herself that she felt the irrepressible need to draw however poor the result but we have seen that the result was beyond our expectations.

Beatrix never liked the 2 Bolton Gardens which she often qualified as her « sombre » house and she was not sad when she heard that the house had been bombarded in 1940. She confided her feelings to her diary (see Beatrix and her diary). She had strong moments of down, with symptoms close to depression which obliged her to have her beautiful long hair cut at the age 19 and left her with a patch of hair that would not grow again. Only drawing could take her to a world where she could fully express her talent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s