Pierre Lapin enfin publié!⎮The Tale of Peter Rabbit finally published!(2)

Warne avait bien senti le succès potentiel de l’histoire de Pierre Lapin mais beaucoup de choses ne furent pas du goût de la jeune femme et certaines de ses illustrations qui lui tenaient pourtant à coeur lui furent refusées notamment une où l’on pouvait voir Monsieur McGregor fredonnant “Three Blind Mice” en jardinant et une autre où Madame Joséphine Lapin tricote et vend de la lavande pour nourrir et habiller sa petite famille. La première fut cependant conservée pour un autre ouvrage.

Si elle ne pouvait décider de tout, Béatrix avait néanmoins choisi le format de ses petits livres, qu’elle voulait résolument petits afin de bien tenir dans les mains de ses jeunes lecteurs. Warne ne changea rien ou presque à cela et le format des petits ouvrages était de 14,4cm x 11 ( 5 ¼ x 4inches) et demeure inchangé à ce jour.

Elle fixa également leur prix à 1 shilling car elle voulait qu’ils soient à la fois bon marché et accessibles invoquant “ que tous ses petits amis sont des gens au shilling près” et c’est justement grâce à eux que Warne décida que l’histoire de Pierre Lapin figurerait dans leur catalogue de Noël tant le petit lapin espiègle était déjà devenu une vedette.

Béatrix ne rencontra pas que des difficultés avec ses éditeurs mais avec son père qui insista pour être présent lors de la signature du contrat alors qu’elle était désormais âgée de 36 ans. Elle dut les prévenir en amont du caractère difficile de son père et leur demanda de ne pas s’en formaliser, précisant qu’elle demeurait en tout et pour tout maître du contenu de son petit ouvrage.

Frederick Warne and Co had sensed the potential commercial success of Beatrix’s book but all that they decided didn’t suit her taste. For instance, some of the illustrations she had at heart were rejected like the one where Mr McGregor was singing “Three Blind Mice” while hoeing in his garden and one where Mrs Rabbit is knitting and selling lavender to feed and clothe her children. The first one was saved for another book though.If she had to comply with her publishers’ demands, Beatrix had chosen the format of her books herself as she wanted them to fit her readers’ little hands. Warne agreed to that and the format was and still is 14.4cms x 11 ( 5 ¼ inches x 4). She also decided that the price would not exceed one shilling, for she wanted her books to be cheap and affordable by those she called with affection “the shilling people”. It is thanks to them also that the Tale of Peter Rabbit happened to be in Warne’s Christmas catalogue and quickly became a bestseller.

Apart from her publishers, Beatrix also met difficulties with her own father who insisted to be present when she signed her contract although she was already 36. She even had to warn them beforehand that her father was a “rather difficult man” and obliged them not to take offence, precision that as far as the little books were concerned, the final decision remained hers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s