Une collaboration fructueuse⎮A fruitful collaboration

Après le succès inespéré de l’Histoire de Pierre Lapin, Beatrix Potter avait du mal à croire qu’il y avait encore de la place pour un autre de ses livres. Par mesure de précaution, elle décida une fois de plus de publier son deuxième ouvrage à compte d’auteur, peut-être pour avoir le loisir de disposer de quelques exemplaires qui ne seraient pas coupés par les choix plus stricts de ses éditeurs car l’Histoire du Tailleur de Gloucester était de loin sa préférée. En effet, Beatrix aimait cette histoire issue du bouche à oreille et qui lui avait été contée lors de son voyage, le seul qu’elle ait jamais fait sans ses parents chez sa cousine Caroline Hutton dans le Gloucestershire et qui l’incitait à davantage d’affimation personnelle. Beatrix admirait beaucoup cette femme qui, entre autre était d’une grande beauté.

Devant son succès, la maison Warne était plus que désireuse de publier l’Histoire du Tailleur de Gloucester à compte d’éditeur et ceci signa le début d’une collaboration fructueuse et d’un rapprochement sentimental favorisé par leur travail en commun.

Noël 1903 vit la parution de deux nouveaux ouvrages, le Tailleur de Gloucester et l’Histoire de Noisette l’Ecureuil. Elle fit également imprimer des éditions de luxe de ces deux histoires dont la couverture était faite du calicot des usines textiles de ses grands-parents. 

Pour célébrer le 150ème anniversaire de la naissance de Beatrix Potter, une édition limitée de l’Histoire de Pierre Lapin fut publiée dans des conditions quasi identiques même si la fabrique familiale de tissus n’existe plus.

After the unexpected success of the Tale of Peter Rabbit, Beatrix Potter could hardly believe that there would still be room for another book. Therefore, she decided that once again she would self-publish this new story especially now that she had the money for it. One of her other wishes was to keep a trace of the book without it being cut by the drastic expectations of her publishers. The Tailor of Gloucester was by far her favourite story as it had been told to her while she was on holiday at her cousin Caroline Hutton in Gloucestershire. Of all the holidays she took, this one was the only one she ever had without being accompanied and Caroline was encouraging to affirm her personal independence. Beatrix Potter was in great admiration of this very beautiful lady.

Knowing the success of the Tale of Peter Rabbit, Frederick Warne and Co was more than happy to publish the Tale of the Tailor of Gloucester and this signed a further collaboration between Norman Warne and Beatrix which was the prelude to a romance.

For Christmas 1903, two more books were launched, the Tale of Squirrel Nutkin and the Tailor of Gloucester.

She even had de luxe editions printed whose covers were made out of the beautiful calico fabrics of the textile industries of her grand-parents.

In order to celebrate the 150th anniversary of her birth, a limited edition of the Tale of Peter Rabbit was published with a similar calico fabric cover.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s