Une perte tragique⎮A tragic loss

Avec la disparition brutale de Norman Warne, Beatrix perdait la personne qui lui était la plus chère, la plus proche et celle avec laquelle elle avait projeté de passer le reste de sa vie et il lui fut difficile de récupérer. Elle se confia longuement à Millie à ce sujet qu’elle alla voir après le décès de Norman. Il fallait que Beatrix trouva un exutoire à sa souffrance et elle avait pour projet d’acheter une petite maison dans le Lake District, sur la commune de Near Sawrey, appelée Hill Top. Elle en fit l’acquisition grâce à ses royalties et au petit héritage d’une tante. Elle avait parlé de ce projet avec Norman, pensant sûrement que les deux jeunes mariés pourraient si ce n’est y vivre en permanence, au moins y séjourner au gré de leurs libertés. Il n’y avait donc que là qu’elle pouvait enfouir son chagrin car au fond cette maison était tout ce qui lui restait des ces années heureuses et elle pourrait se remémorer à loisir leur tendre complicité génératrice de succès. Triste et affectée, elle le fut sans doute mais il n’était pas question pour la jeune femme de se laisser aller à un chagrin inconsolable. Elle écrivit à Frederick Warne & Co une lettre leur demandait de lui laisser une dizaine de jours avant de se remettre au travail car elle savait aussi que ses petits livres la sauveraient de cette détresse dans laquelle elle ne voulait pas plonger.

With the unexpected death of Norman Warne, Beatrix lost the only person she loved dearly, the one with whom  she was the closest and the one with whom she had planned to spend the rest of her life and she knew it would be difficult if ever possible to recover from such a loss. She found great comfort in Millie who became a real confidante. But she knew she had to find something where she could bury her grief and among her plans was the purchase of a small property situated in the Lake District, in the village of Near Sawrey and called Hill Top. She bought with her royalties together with the small inheritance from one of her aunts. She had told Norman about this project, thinking that the newly weds could stay there when time and work allowed although they may not be able to live there on a permanent basis. This place was ideal for her because it was the only place where she could remember all the good moments of collaboration and friendship she had with her dear old Norman as she used to call him although he was two years younger. She was undoubtedly sad and deeply affected but sinking into inconsolable grief was out of question. Soon after, she wrote a letter to Frederick Warne & Co asking to be given ten days or so before she could get back to work again, for she knew that drawing and her little books would save her from despair. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s