Inspiration (2)

Nous avons vu combien les lettres dessinées et envoyées aux enfants furent une grande source d’inspiration mais voyons maintenant les endroits qui se cachent derrière les cinq premiers petits ouvrages qui précédèrent la période d’inspiration Hill Top. Contrairement à ce que nous pourrions croire, Pierre Lapin n’a pas vu le jour dans le Lake District mais dans les Highlands écossais où la jeune Beatrix se rendait fréquemment avec ses parents.

Le Tailleur de Gloucester se passe de précision géographique évidente mais ce qui est sans doute important ici, c’est la raison pour laquelle ce lieu a été choisi. Certes la légende racontée émanait de la ville de Gloucester mais c’est surtout le seul et unique voyage qu’elle eut l’occasion de faire sans être accompagnée de ses parents et qui fut perçu comme un véritable séjour d’affranchissement personnel, faisant ainsi de cette légende son histoire, peut-être aussi à cause du caractère d’indépendance qu’il revêtait. 

L’Histoire de Noisette l’Ecureuil a été inspirée par les lacs situés au nord du Lake District et plus précisément celui de Derwentwater où se trouve une petite île au milieu du lac qui deviendra par la suite celle de Monsieur Brun, l’impassible hibou qui finit par s’agacer de l’effronterie de Noisette l’Ecureuil.

L’Histoire de Jeannot Lapin n’est pas située très loin et le merveilleux jardin dans lequel Pierre et son cousin Jeannot sont tentés d’aller ramasser des oignons pour offrir à Joséphine en descendant le long du poirier pour ne pas être vus n’est autre que celui de Fawe Park, une autre demeure résidentielle (Lingholm) où les Potter avaient leurs habitudes.  

Enfin, l’Histoire des Deux Vilaines Souris fait immanquablement penser à Londres où la petite Winifred Warne, nièce de Norman conservait précieusement la maison de poupées construite par son oncle. Beatrix rêvait de pouvoir s’en inspirer pour cette histoire mais dut se contenter de la nourriture miniature et de photos envoyées par Norman devant le refus catégorique de sa mère de la voir se rendre au domicile londonien de son frère. On trouve dans cette histoire toute la complicité de deux petites souris qui mettront la maison de poupées sens dessus dessous en l’absence de Lucile et Jane mais qui ne tarderont pas à regretter leur méfait et à les dédommager à leur manière du tracas causé. Je vous invite à vous arrêter sur les dessins évocateurs de ce couple de souris qui donne naissance à la fin de l’histoire et je vous laisse sans doute imaginer ce qu’aurait pu être la vie peut-être souhaitée par Beatrix Potter si la vie ne lui avait pas arraché Norman Warne.

We have seen how the picture letters sent to the Moore children have inspired Beatrix to write her little stories but let us see the places hidden behind them now. Contrarily to what is often believed, Peter Rabbit was not in the Lake District but in the Scottish Highlands where the young Beatrix Potter would frequently sojourn with her parents for their long summer holiday. The Tailor of Gloucester does not need any more obvious precise location but what is important here is certainly the reason why it was chosen. The legend came from Gloucester itself but the most important was that this trip to Gloucestershire was the first and only trip which Beatrix did without being accompanied by her parents, which was in her eyes a significant step towards some short last independence but independence all the same.

The Tale of Squirrel Nutkin was inspired by the Northern Lakes and more precisely Derwenwater Lake where an island later to become the Owl’s island in the little book is to be found.

The Tale of Benjamin Bunny is not situated that far for the garden where Peter and his cousin Benjamin collect the onions for Josephine Rabbit is the garden at Fawe Park, another residence (Lingholm) where the Potters went on holiday when in the Lake District.

Then to finish, in the Tale of Two Bad Mice, we cannot help thinking of London as the background for this story, for that is where the doll’s house built by Norman Warne for his dear niece Winifred was located. Beatrix Potter dreamt of sketching the doll’s house for her story but was categorically prevented from doing by her mother’s strong disapproval and had to be content with the doll’s house food and photographs sent by Norman to complete the story. Yet, the story is all about the complicity between two mice who forage the doll’s house for edible food and who didn’t take long to regret their mischievous escapade once the two dolls had come back and consequently made amends as wholeheartedly as they could. Just take a closer look at the drawing of Hunca Munca with the cradle and imagine what Beatrix’s life could have been if life had spared the life of her dear Norman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s